24. Et si nous nous accordions un peu de douceur ?

 

L’importance d’avoir une attitude bienveillante envers soi-même

Accordons-nous de la douceur

Être bienveillant avec soi-même ne signifie pas nécessairement se « booster » en se répétant « je suis magnifique » à longueur de journée. Bien sûr, reconnaître nos talents, nos qualités, nos succès est important pour notre confiance en nous.

Une autre attitude est extrêmement utile pour que nous puissions vivre en harmonie avec nous-même : celle qui consiste en la prise en compte de notre vulnérabilité. Accepter que nous avons toutes et tous en nous un petit enfant blessé va nous permettre, telle une mère aimante, de le soigner, de leur dorloter. Comment faire ? En acceptant nos pensées négatives, sans nous y accrocher, en les laissant passer. Si une pensée triste traverse votre esprit,  ne tentons pas de la détruire, ni de refuser qu’elle existe. Essayez donc de refuser de penser à quelque chose (comme dans cette célèbre expérience où on demande à des personnes de ne surtout pas penser à un ours blanc…). En ne nous attachant pas à nos idées sombres, nous les laissons s’en aller…

Acceptons également nos émotions : si nous ressentons de la peine, autorisons-nous à verser des larmes libératrices, soyons compatissants à notre égard. Si nous sommes parfois en colère, acceptons-le, cela nous permettra d’apprendre à gérer cette émotion qui, sans cela, pourrait nous être nuisible. Quand nous ressentons sommes sous l’emprise d’émotions négatives, dorlotons-nous, faisons-nous du bien, ayons envers nous l’attitude que nous aurions vis-à-vis de la personne que nous aimons le plus au monde.

L’auto-compassion permet de mettre un peu de baume sur nos plaies. Elle permet aussi de comprendre comment être attentif aux autres.

S’occuper de nous, prendre soin de nous avec bienveillance peut être considéré comme un laboratoire : en ayant une attitude positive avec nous-même, nous expérimentons son fonctionnement afin d’en faire profiter notre entourage.

Voici quelques petits exercices qui vous permettront d’apprendre à être bienveillant avec vous-même, car… vous le valez bien !

  • Lorsqu’une pensée négative provoquera chez vous une sensation douloureuse, essayez d’observer ses effets sur votre corps, plutôt que son impact sur votre esprit. Décrivez mentalement cette souffrance : où se situe-t’elle ? Comment pourriez-vous expliquer ce qu’elle produit : une sensation d’étouffement ? Une lourdeur au niveau de l’estomac ? Quand vous aurez accompli ce petit exercice, envoyez-vous un message réconfortant, du type « Il est normal que tu souffres car tu traverses un moment compliqué ».
  • Essayez de vous construire une petite phrase de consolation, un mantra à vous répéter en cas de coup dur, du genre « J’ai le droit d’être triste, tout le monde passe un jour où l’autre par des moments tristes ».
  • Trouvez-vous des stratégies vous permettant d’accepter les instants difficiles, le temps qu’ils passent. Je vous livre les miennes, pour vous donner une idée de ce qu’on peut mettre en place : lorsque je suis très triste, je me cuisine du pudding vanille… Cela peut sembler étrange, mais son goût me rappelle des souvenirs heureux vécus durant mon enfance, c’est ce que l’on appelle une Madeleine de Proust. Autre stratégie : quand je suis en colère, je m’isole et pratique 3 respirations abdominales, cela me permet de reprendre mes esprits et de mieux affronter la situation… Et vous ? Que pourriez-vous mettre en place pour vous aider à supporter des moments douloureux ?
  • Acceptez que tout ne fonctionne pas toujours comme on le voudrait. Si un de vos amis se trompe, allez vous lui dire « tu es vraiment très bête » ou allez vous l’aider à relativiser ? Quand vous aurez la tentation de vous dénigrer, pensez à ce que vous diriez à une personne qui compte pour vous !
  • Traitez votre corps avec respect : c’est le seul que vous avez, il vous accompagnera jusqu’à votre dernier jour sur terre. Faites-lui du bien, nourrissez-le bien, faites-vous masser si vous aimer ça, essayez de vous trouver une activité physique pour vous permettre d’être en bonne santé !

 

Vous l’aurez compris, être bienveillant avec nous-même permet de vivre mieux, de nous épanouir et du coup, d’être mieux avec les autres…

Je vous souhaite le meilleur !

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *