25. Et si nous entretenions l’harmonie de notre couple ?

Le début des vacances peut-être, tout comme le début de l’année, l’occasion de prendre des bonnes résolutions. D’ailleurs, ne voyons-nous pas fleurir des grands titres de magazines allant dans ce sens ? Perdre ses kilos pour l’été, prendre soin de son bien-être…

C’est aussi l’occasion de prendre soin de son couple. La routine, le « métro-boulot-dodo » peut nous mener, durant l’année, à oublier à quel point il est important d’accorder de l’importance au bien-être de ce microcosme que nous formons avec notre « partenaire de vie ».

Comment faire ?

  1. Avant tout, se rappeler de ce que veut dire le verbe aimer

Pour que le couple soit pleinement épanoui, il est important que chaque conjoint considère que les besoins de l’autre sont aussi importants que les siens. Cette définition permet que chacun ait une considération pour les besoins de l’autre. Il ne s’agit pas de répondre à tous ces besoins, mais bien d’en tenir compte dans sa façon de vivre.

En conseil conjugal, il arrive régulièrement que j’observe que les conjoints ont une attitude de rivalité l’un envers l’autre. Comme s’ils mettaient en compétition leurs besoins (il fait du sport et moi je dois m’occuper des enfants, elle s’occupe des enfants et ne prend plus compte de moi, il travaille tout le temps, elle dépense trop etc.)

  1. Communiquer

Et si nous profitions de ce début de vacances pour (ré)apprendre à communiquer et à dire à l’autre quels sont nos besoins et à l’interroger sur les siens ?

« Mon amour, lorsque tu vas au sport en soirée, j’ai parfois l’impression de ne pas compter, je comprends que tu aies besoin de te défouler, mais j’aimerais que nous trouvions aussi du temps pour faire des choses ensemble » plutôt que « Tu n’en as rien à faire de moi, y a que le sport qui compte ».

Ou « Depuis la naissance de notre enfant, j’ai le sentiment d’être moins important pour toi, car toute ton attention est axée sur notre petit. J’ai besoin que nous passions un peu de temps ensemble, et j’aimerais que nous trouvions des moments à deux, par exemple une fois tous les quinze jours pour aller au restaurant, boire un verre en terrasse, aller au cinéma. Qu’en penses-tu ? » Plutôt que « Depuis qu’il est né, tu n’en as plus rien à faire de moi »

  1. Pratiquer la technique du « renard » : le compromis

Il ne s’agit nullement de ruser, mais de trouver des compromis à nos inévitables désaccords. Elle veut aller dîner chez ses parents chaque dimanche et lui trouve cela excessif ? Plutôt que de d’entrer en conflit, ne serait-il pas préférable de décider que lui ne se joindra à elle qu’une fois sur deux afin de pouvoir avoir une activité qu’il aime ? Ou de réduire les visites à une sur deux ? Ou de ne plus dîner qu’un dimanche sur deux et les autres fois de juste passer dire bonjour aux parents sans y rester plus d’une heure ? Attention, cette manière de gérer les situations problématiques doit faire l’objet de « suivi », c’est-à-dire qu’il est primordial d’en parler régulièrement pour s’assurer que la « solution » préconisée satisfait toujours les deux conjoints.

Les compromis ont pour avantage de prendre en compte les besoins de chacun tout en communiquant, ils rassemblent donc les deux premiers points exposés ci-avant.

  1. Se souvenir du côté romantique et ne pas zapper la séduction de notre vie à deux

Il nous semble normal de bloquer des cases de notre agenda pour aller souper chez des amis, pour un rendez-vous médical, pour une compétition sportive… Il serait judicieux d’en fait autant pour notre couple. Ce type de rendez-vous est important : le préparer, lui réserver du temps sont des conditions sine qua non pour qu’il ait des effets bénéfiques sur la santé de notre couple.  Les experts considèrent que les « rendez-vous amoureux » doivent avoir une fréquence minimum : 2 fois par mois. Ils peuvent durer une soirée, ou une après-midi. Le jour de la semaine peut être variable, le programme lui, DOIT l’être. L’important est que le l’activité prévue comprennent romantisme, intimité, séduction, sensualité, sexualité… tout ce qui fait d’un couple… un couple ! Une fois au cinéma, une autre au restaurant, une autre dans un établissement de massage à deux, une autre à la maison pour une soirée érotique … On fait garder les enfants et on s’offre le luxe de se retrouver !

  1. Remettre le toucher au menu

Le toucher est un des cinq ingrédients indispensables à l’épanouissement du couple. Les marques d’affections « tactiles » entretiennent un climat propice à l’amour. Les caresses, les tendres étreintes, les baisers passionnés, les balades main dans la main, la taille qu’on enlace… tous ces gestes participent à l’épanouissement du couple. Attention de ne pas les réserver qu’aux moments de sexualité et ne pas sexualiser le moindre câlin. Communiquer sur ce point est bien sûr primordial.

  1. Montrer ses sentiments et les dire

Souvenons-nous des mots tendres et gentils que nous prononcions au début de notre relation et remettons-les à l’ordre du jour. Nous aimons notre conjoint ? Et bien déclarons lui notre amour. Nous apprécions une de ses qualités, faisons-lui remarquer. Il semble fatigué ? Dorlotons-le. Attention de ne pas penser qu’il ou elle SAIT QUE JE L’AIME… lui dire, c’est le lui rappeler et lui permettre d’avoir le même comportement avec nous-même.

  1. Faire de nouveaux projets

Pour rester vivant, il est important que le couple, tout comme un individu, ait des projets. Il ne s’agit pas nécessairement de projet de grande ampleur mais de continuer à trouver des activités qui nous permettront de vivre de nouvelles expériences à deux, de nous faire du bien. Il est primordial pour des conjoints de pouvoir construire et se projeter faire l’avant. Prochaines vacances, objectifs sportifs à deux, rénovation d’une pièce de la maison, achat… l’important est d’avoir des perspectives à deux.

  1. Accepter que l’autre est une personne

S’aimer n’est pas faire un.

Je répète à mes clients que pour faire un couple harmonieux, il faut deux individus harmonieux. C’est comme pour une recette de cuisine : si vous voulez que le plat soit bon, il faut que les ingrédients le soient chacun. Essayez donc de réaliser une bonne recette avec de mauvais ingrédients … Vous verrez vite de quoi je veux parler.

Accepter que l’autre a des activités en solo, tout comme nous, est un élément capital à l’épanouissement du couple. (Si ça semble difficile pour certains d’entre vous, il serait peut-être nécessaire de s’interroger sur la problématique de la dépendance affective.)

  1. Respecter l’autre, même dans le conflit

Dans toute relation humaine, le conflit peut survenir, il s’agit d’un accident de communication. Pour le gérer de manière « fructueuse » voici trois règles indispensables :

  • Oubliez le « tu » accusateur et optez pour le « je ». L’autre se sentira moins agressé, et vous parviendrez ainsi à mieux exprimer ce que vous ressentez (exemple : je suis énervé par ton attitude plutôt que tu m’énerves)
  • Écoutez l’autre et reconnaissez la légitimité de sa frustration, cela évitera l’escalade du conflit.
  • Évitez d’injurier l’autre ou de tenir des propos dégradants.
  1. Etre là pour l’autre

Il nous arrive à tous d’avoir un « coup de mou ». Il est alors important de pouvoir se reposer sur une épaule compatissante et d’avoir face à soi quelqu’un qui va nous permettre de nous rebooster. Les paroles valorisantes, les mots de réconfort sont importants, et quand ils viennent de celui ou celle avec qui nous partageons notre vie, ils sont très efficaces. Il est important de se sentir compris et soutenu.

Je propose souvent à mes clients le test élaboré par Arthur Aron, professeur de psychologie américain : « les 36 questions pour tomber amoureux ». Efficacité garantie 😊 Pour le télécharger, cliquez ici 

En tant que conseiller conjugal, mon leitmotiv est « Essayer que la vie à deux soit une envie et non un besoin. S’épanouir seul(e) en tant qu’individu garantit que la vie de couple sera du bonus, une vraie cuillère de miel ».

 

Soyez heureux, vous l’valez bien 😉

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *